La relation avec le disparu

La relation avec un disparu ressemble à un oiseau qui chante quand la nuit est encore noire. On l’écoute mais on ne le voit pas.

Elle se passe dans le moment présent.

Elle ressemble à la respiration tranquille d’un couple aimant, un dimanche matin au réveil. Elle se contente d’exister.

On n’y attend pas quelque chose de spécial.

Dans la relation avec un disparu, on ne dit pas de lui (d’elle) « je crois qu’il est encore vivant » mais on lui parle : « Je sais que tu es vivant(e). J’ai confiance que notre amour perdure »

La confiance dans la personne disparu(e) ressemble à celle d’un jardinier qui parle à ses fleurs avec amour.

La relation avec un disparu ressemble à cet homme qui a perdu des papiers compromettants. C’est peut-être son journal intime, ou des comptes rendus confidentiels. L’homme cherche ses papiers pendant des semaines, il a peur. Et si quelqu’un de malveillant tombait dessus et s’en servait contre lui ? Mais un jour, il trouve dans sa boîte aux lettres une enveloppe avec ses papiers. Qui l’a mise là ? Il ne sait pas. Ce qu’il sait, c’est qu’une personne l’a aidé et protégé, sans qu’il puisse la voir. On pourrait aussi dire : quelqu’un l’a aimé.

Les rencontres avec un disparu se passent comme dans l’histoire d’un homme triste et esseulé qui rentre dans son logement triste et désert un soir d’hiver triste et gris. Mais quand il ouvre la porte, les pièces sont illuminées, la table est mise avec des chandelles et du champagne. « Coucou c’est moi », dit sa femme partie depuis longtemps. Elle est habillée chic et très sexy. C’est ainsi que surviennent les moments de présence du disparu : inattendus, profonds, joyeux.

Pour expérimenter la relation avec un disparu, placez sur la table une photo de lui que vous aimez beaucoup. Mettez cet amour au présent. Non pas : « qu’est-ce qu’il m’aimait ! » mais « qu’est-ce qu’il m’aime ! » Non pas « je l’aimais tellement ! » mais « je t’aime maintenant. »

Ou encore : revenez dans un lieu que vous avez aimé à deux. Bien sûr vous pouvez avoir de la nostalgie et du chagrin mais ressentez que votre amour est là, bien présent, et que la personne aimée apprécie ce paysage avec vous dans le moment présent.

La relation avec un disparu ressemble à cet homme parti marcher dans un lieu où lui et son amour avaient passé un très bon moment. « Sera t-elle présente aujourd’hui ? » se demande t-il. Car il aimerait tellement que la personne disparue soit là pour l’aider, le conseiller, le soutenir. Il marche dans ce lieu, c’est un jardin. Soudain, il se sent « poussé », obligé d’avancer. Il y a non seulement la personne disparue mais quantité de morts qui le poussent à avancer malgré ses hésitations, qui lui interdisent de revenir vers le passé, en arrière, de se replier sur lui-même. Il se dit que cela va cesser quand il sortira du jardin mais non, il est poussé jusqu’à son retour chez lui. Les morts qui sont vivants se sont coalisés pour l’aider.

François Delivré, hiver 2017

2 pensées sur “La relation avec le disparu”

  1. Merci à vous pour ce magnifique texte décrivant tellement bien cette relation que l’on peut continuer à nourrir, encore et encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *